Service civique : un engagement professionnel et humain

Depuis novembre 2013, l’association Rencont’roms nous intervient sur le terrain de la Flambère, à Toulouse (près de 160 personnes y habitent, dans une précarité extrême, où se côtoient difficultés économiques, difficultés sociales, difficultés linguistiques, etc.), avec l’ambition et la volonté de (re)donner la parole aux premiers concernés, proposant des actions artistiques, culturelles et éducatives avec les habitants Roms pour favoriser l’inclusion et ainsi lutter contre le racisme et les discriminations. Depuis toutes ces années, l’association mène un véritable travail de terrain, de fond, quasiment du quotidien, où elle voit les habitants, et notamment les plus jeunes, grandir, progresser. Un temps long, qui crée des relations de confiance, d’amitié et des liens très forts, qui nous ont permis d’avancer sereinement et progressivement.

Un important cap a été franchi en 2018, puisque l’association a souhaité accueillir des jeunes Roms du terrain en tant que volontaires en service civique. Un moyen pour l’association de renforcer sa démarche inclusive, mais surtout d’impulser une nouvelle dynamique, un nouveau souffle. De là, les belles histoires se succèdent, des dizaines de jeunes du terrain sont accompagnés par an. Autre étape, aussi inespérée qu’utopique, en février 2020, avec la création d’un premier contrat salarié dans l’association, confié à Andrei Nicolae, un jeune du terrain. Aujourd’hui, l’association accueille cinq jeunes volontaires simultanément, qui entament leur contrat à des dates différentes, avec une rotation régulière.

A chaque jeune accueilli, c’est une nouvelle histoire individuelle qui s’ouvre, avec ses défis et ses perspectives. Tout un travail autour de son parcours professionnel se met en place, pour que le service civique lui soit un réel tremplin vers l’avenir. Nous l’accompagnons aussi dans ses démarches personnelles, l’ouverture ou la mise à jour de ses droits, etc. Chaque expérience révèle son lot de joies, de bonheur, de sourires, mais aussi parfois de peines, de conflits, de tensions. Nous partageons un quotidien, des quotidiens. Avec au bout, des parcours d’inclusion réussis. Si Andrei Nicolae en est la belle plus expression, d’autres beaux exemples suivent derrière.

Tous ces jeunes, ce sont eux qui font vivre l’association aujourd’hui, qui proposent des activités aux plus petits, qui impulsent et coordonnent les projets. Ce sont les mêmes qui en ont bénéficié à notre arrivée, en 2013. Ce temps long permet de s’inscrire avec eux dans un réel parcours d’inclusion, qui devient global. Ces jeunes s’accomplissent, s’épanouissent, grandissent, s’ouvrent, se découvrent des destins nouveaux, parce qu’ils ont une fenêtre inédite pour s’exprimer. En construisant des projets ensemble, des perspectives inattendues s’ouvrent à tous ces jeunes, ils se bâtissent un avenir professionnel jusque-là impensable, d’un autre monde qui ne leur semblait pas être le leur. Et pourtant. Des rêves d’enfant rejaillissent. De projet en projet, ces jeunes se forment, se livrent, se dévoilent autrement, révèlent des talents aussi insoupçonnés qu’insoupçonnables, progressent, apprennent. Nous nous engouffrons alors avec eux sur ces nouveaux chemins, aussi incertains que palpitants, pour avancer avec chacune, chacun. Puis ensuite, ils rétrocèdent, forment et deviennent comme des modèles pour les suivants, pour leurs frères et sœurs.

Car ces jeunes font le lien en permanence, tels de réels médiateurs : ils renforcent les liens entre habitants du terrain et l’association, ils redessinent les liens entre le terrain et les différents partenaires (associatifs ou institutionnels). Ils sont forces de propositions, d’initiatives, d’actions. Ils agissent en tant que premiers concernés. Leur place est toute trouvée. L’association aime ainsi montrer cette jeunesse qui s’engage au quotidien. Un engagement contre le racisme, contre les discriminations, contre les préjugés. Mais surtout un combat POUR l’inclusion. En mettant en avant leurs histoires, leurs parcours, leurs expériences, l’association ne cesse ainsi d’agir pour leur (re)donner la parole, qu’ils saisissent admirablement bien. En les accompagnant au quotidien, l’association crée collectivement des nouveaux espaces de dialogue, de débats, d’échanges, autour de projets collectifs et partagés. Ces jeunes deviennent les plus ambassadeurs de l’association et se sentent désormais légitimes pour s’exprimer, prendre la parole et revendiquer dignement leur(s) droit(s).

Quels que soient les volontaires, l’engouement reste intact et le même. Chaque volontaire apporte son lot de fraicheur, d’initiatives, de sourires, etc. Nous partageons avec eux bien plus qu’une aventure professionnelle. Nous vivons avec eux leurs bonnes et mauvaises nouvelles, les coups durs, les difficultés quotidiennes, les heureux moments, etc. S’en dégage une magnifique énergie collective, au service du projet.

C‘est cette énergie collective que nous travaillons au quotidien, pour que cette cohésion interne, si nécessaire, soit renforcée et bien présente, pour continuer de faire progresser le projet. 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :