Venez voir cette belle histoire. Cette histoire, ce sont Armando, Cosmin, Denisa, Gabriel, Isabela, Lazarus, Myron, Manuele, Mariana, Sunamita, dix jeunes Roms de la Flambère et de Saint-Martin du Touch qui vous la racontent.

Munis d’appareils photos, accompagnés par les photographes Gaëlle Giordan et Catherine Guibert, ils ont franchi pour la première fois – pour la plupart – les portes du musée des Abattoirs et du Château d’Eau à Toulouse pour une drôle d’aventure.

Avec leurs connaissances, leur imagination, leur culture, leurs sensibilité, leurs a priori, ils ont découvert les photographies de Philippe-Gérard Dupuy et d’Eugeni Forcano au Château d’Eau, ainsi que les oeuvres de l’exposition Suspended Animation au musée des Abattoirs. Leurs réactions furent multiples et diverses. Ils ont souri, ils ont ri, ils ont été fascinés, subjugués. Ils se sont posé des questions, ils ont recherché des repères connus. Ils ont compris, n’ont pas compris ; ils ont aimé, n’ont pas aimé. Ils se sont appropriés les oeuvres à leur manière, en les regardant, en les touchant, intéressés et interrogatifs.

« C’est des fausses photos. »
Sunamita

« C’est pas possible un éléphant sur une voiture. »
Denisa

Crédit photo : Catherine Guibert

Puis des appareils photos leur ont été confiés, des jetables, des numériques, des reflex, avec pour mission de repérer certaines oeuvres, de les imiter et de créer des énigmes pour que le groupe suivant puisse retrouver les oeuvres choisies. Un exercice qui leur a permis d’apprendre les premiers rudiments de la photographie en maniant les appareils et en profitant des conseils des deux photographes. Les jeunes n’ont donc pas été seulement photographiés : ils ont été eux-mêmes photographes.

« Comment on zoome sur l’appareil ? »
Cosmin

« Comment ça marche l’appareil ? »
Myron

Ce sont ces découvertes artistiques, ces rencontres humaines qui sont présentées à la Médiathèque Empalot du 4 au 31 octobre, dans le cadre du festival Balkanica. Vous découvrirez un récit en plusieurs séquences, qui en retracent les moments forts. Des instants figés, poétiques et esthétiques où les jeunes, au hasard d’une photo, se retrouvent dans un décor artistique. Des relations humaines qui se manifestent, des sourires, de la complicité. Des jeux d’acteurs où les jeunes imitent les oeuvres. Des réactions multiples face aux oeuvres, avec des sensibiltiés différentes. Un rapport nouveau à l’appareil photo, avec des usages nouveaux.

Mais chaque histoire à ses moments cachés, son off. Quelques photographies viennent donc compléter ce récit, choisies par les jeunes, l’association, les photographes, à l’image d’une aventure collective et humaine.

Tous vous convient dans ce périple artistique et humain, à la découverte des oeuvres et des musées. Av te dikhes !

Crédit photo : Gaëlle Giordan
Publicités